Accueil > Dossiers > Transports > Autoroute A65 Langon Pau > Autoroute A65 Langon/Pau : trafic en baisse ! Après le désastre écologique, à (...)

Autoroute A65 Langon/Pau : trafic en baisse ! Après le désastre écologique, à quand le naufrage financier ?

lundi 26 mai 2014

Communiqué de Presse du 22 mai 2014

Pour la quatrième année consécutive, les associations SEPANSO Aquitaine, ARLP et LEA ont effectué pendant 24 heures leur comptage annuel sur l’A65 [1].
Le trafic total journalier moyen de 5242 véhicules/jour mesuré, en baisse par rapport à 2013, est inférieur de près de 48% à l’objectif affiché par le concessionnaire pour 2014.
Ainsi plus de 3 ans après la mise en service de cette infrastructure, et malgré l’obligation faite aux camions de transit circulant sur l’axe Langon-Pau de délaisser la route au profit de l’autoroute [2] , le trafic total de l’autoroute la plus chère de France stagne en Gironde et baisse au sud de Mont de Marsan.
Dans un même temps, le trafic de la RN 524 avec 8701 véhicules/jour dont encore 415 poids lourds, affiche une insolente vigueur et démontre, si besoin était, la nécessité qu’il y aurait à aménager et sécuriser cet axe important.
Après avoir obligé une majorité des PL à emprunter l’A65, on se demande ce qu’il va falloir encore inventer pour sauver l’autoroute la plus chère de France.
Peut-être interdire la route gratuite aux voitures ?

A lire  :
A’liénor, mon amour d’un soir. Jean Ortiz. Le Grand Soir. 22/06/2014
http://www.legrandsoir.info/a-lienor-mon-amour-d-un-soir.html

Mise à jour du 28/06/2014


[1Ce comptage a été effectué du 20 mai à 20 h au 21 mai 2014 à 20h simultanément sur 3 points de l’A65 dans les départements de la Gironde, des Landes et des Pyrénées Atlantiques ainsi que sur la RN 524 à l’entrée nord de Bazas en Gironde.

[2C’est à compter du lundi 18 novembre 2013, qu’est entrée en vigueur l’interdiction de circuler pour les poids lourds en transit de plus de 7,5 tonnes sur le réseau parallèle à l’autoroute A65. La desserte locale reste quant à elle autorisée.