Accueil > Dossiers > Transports > Transports aériens > Empreinte climatique des transports aériens en Nouvelle Aquitaine

Empreinte climatique des transports aériens en Nouvelle Aquitaine

samedi 9 mars 2019

Largement encouragée par les pouvoirs publics, l’explosion du trafic aérien des aéroports néo-aquitains suscite l’euphorie des médias et des intérêts économiques.
L’impact réel de ce trafic sur le climat, est sous-évalué d’un facteur 10.
Bien que contrevenant aux objectifs de neutralité carbone de la France et de la Nouvelle Aquitaine d’ici 2050, la croissance des impacts du trafic aérien n’est pas réellement prise en compte par le SRADDET en cours d’établissement.

A l’heure où les experts climatiques du GIEC sonnent le tocsin, le transport aérien ne s’est jamais aussi bien porté, notamment en Nouvelle Aquitaine.
L’explosion du trafic et des commandes d’avions suscite l’euphorie unanime des intérêts économiques et des médias. [1] [2]

Trafic aérien de passagers des aéroports néo-aquitains
Le trafic des 8 aéroports de Nouvelle Aquitaine a atteint en 2018 près de 9,7 millions de passagers. [3]
La répartition de ce trafic entre les aéroports s’établit ainsi, pour l’année 2018 :
 Bordeaux Mérignac : 6 800 000 passagers, en hausse de 9,3% par rapport à 2017, et trafic multiplié par 13 par rapport à 1970. [4] [5]
 Biarritz Anglet Bayonne : 1 200 000 passagers
 Pau Pyrénées : 612 000 passagers
 Limoges : 310 000 passagers
 La Rochelle : 240 000 passagers
 Bergerac Dordogne Périgord : 286 000 passagers [6]
 Poitiers-Biard : 119 000 passagers [7]
 Brive : 70 000 passagers [8]
 Agen La Garenne : 40 557 passagers
A noter que l’explosion du trafic aérien low-cost, notamment à l’aéroport de Bordeaux/Mérignac est grandement facilitée, par l’absence de taxes sur le kérosène, et par les soutiens financiers de toute sorte aux aéroports [9] et aux compagnies low-cost. [10]
Pour les petits aéroports, la situation est plus difficile. [11]

Impact du trafic aérien sur le climat
Selon l’inventaire officiel, les émissions du transport aérien aquitain ont représenté en 2010, 60 000 tonnes de CO2 (0,4 % des émissions totales de l’Aquitaine), ce qui fait une moyenne d’environ 11 kg de CO2 par passager aérien. Ce chiffre très faible est dû à la méthodologie en usage dans ce genre d’inventaire territorial. [12]
L’impact climatique réel du transport aérien est beaucoup plus important.
Si l’on s’en tient aux chiffres estimés par la DGAC pour l’aéroport de Bordeaux, les émissions moyennes par passager aérien ont été en 2010 de 109 kg de CO2.
En utilisant ces données plus réalistes, l’impact climatique du trafic aérien de l’Aquitaine a été en 2010 de 610 000 tonnes de CO2 (3,7% des émissions totales de l’Aquitaine), soit 10 fois plus que les chiffres officiels.
L’évaluation de l’impact global du trafic aérien sur le climat doit prendre en compte :
 non seulement les émissions des phases d’approche, d’atterrissage, de circulation au sol, de décollage et de montée jusqu’à 950 m (cycle LTO - Landing and Take-Off). Les statistiques officielles nationales ou régionales ne prennent compte que ces éléments, et sous-évaluent donc grandement l’impact réel du trafic aérien sur le climat. [13]
 mais aussi les émissions en cours de vol croisière et qui sont les plus importantes [14], à savoir les émissions de GES pendant la phase croisière du vol et l’impact climatique des traînées de condensation, au moins aussi important que celui des émissions de GES [15] [16] [17] [18]
En utilisant la méthodologie de la DGAC (prise en compte des émissions croisières), l’impact total (LTO+croisière) du trafic aérien néo-aquitain sur les émissions de GES, est estimé pour 2018 à 1 million de tonnes CO2eq (soit 160 kg CO2eq/habitant/an), auquel il convient de rajouter l’impact des traînées de condensation, ce qui revient à doubler cette valeur.
L’impact du trafic commercial aérien de passagers, qui représente environ 10% de l’impact du déplacement routier de personnes, n’est pas pris en compte dans les bilans officiels d’évolution de GES de Nouvelle Aquitaine.

Une autre manière d’appréhender les impacts carbone des transports aériens, est d’utiliser l’un des éco-calculateurs disponibles comme celui de l’aviation civile (qui ne tient pas compte de l’effet des traînées aériennes). [19]
L’impact carbone pris en compte est d’environ 130 g/km/passager pour les vols court-courrier et d’environ 100g/km/passager pour les vols long-courrier.
 [20]

Aujourd’hui, force est de constater que tout est fait dans les médias et la publicité pour déculpabiliser et désinformer les voyageurs de l’aérien. [21] [22]

Conclusion
La croissance actuelle des transports aériens en France et en Nouvelle Aquitaine, est incompatible avec l’objectif de neutralité carbone d’ici 2050. [23] [24]
Le silence assourdissant de la COP21 à ce sujet, a été révélateur de son idéologie et du poids des lobbies aéronautiques. [25]
Le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) de Nouvelle Aquitaine en cours de discussion, ne prend pas la mesure des impacts climatiques des transports aériens, et n’a pas l’ambition d’en réduire les émissions.
Cela fragilise sans conteste la crédibilité de ce SRADDET.

A lire :
 Aviation et pollution atmosphérique . DGAC
http://www.stac.aviation-civile.gouv.fr/environ/air/avia_poll_atmos.php
 Aviation Carbon Footprint. Global Schedule International Passengers Flight. Dave Southgate. Avril 2013.
https://southgateaviation.files.wordpress.com/2013/05/international-footprint-2012.pdf
 Flying into the Future : Aviation Emissions Scenarios to 2050. Bethan Owen et Al. Environmental Science & Technology., 2010 ;44(7) : 2255
http://www.indiaenvironmentportal.org.in/files/Flying%20into%20the%20future.pdf
 Transatlantic Airline Fuel Efficiency Ranking, 2014. Iren Kwan et Daniel Rutherford.
ICCT. November 2015
http://www.theicct.org/sites/default/files/publications/ICCT_transatlantic-airline-ranking-2014.pdf
Lufthansa et British Airways sont les compagnies aériennes les plus polluantes. Euractiv. 19/11/2015. http://www.euractiv.fr/sections/transport/lufthansa-et-british-airways-sont-les-compagnies-aeriennes-les-plus-polluantes
 Rapport développement durable Air France-KLM 2014
http://www.airfranceklm.com/sites/default/files/publications/afklm_radd_2014_fr_dp.pdf
 CO2 in the air : cinq mythes sur le rôle des transports aériens dans les changements climatiques. Réseau Action Climat. Décembre 2015
http://www.rac-f.org/IMG/pdf/version_vma_co2_15.12.02.pdf
 Impact du transport aérien sur le climat : pourquoi il faut refaire les calculs.
Aurélien Bigo, Doctorant sur la transition énergétique dans les transports, École polytechnique. 10/05/2019
https://www.sudouest.fr/2019/05/08/impact-du-transport-aerien-sur-le-climat-pourquoi-il-faut-refaire-les-calculs-6051527-7498.php?utm_source=extension&utm_medium=firefox&utm_term=notification
 L’Union européenne, paradis fiscal du kérosène.Agnès Sinaï.Actu Environnement. 14/05/2019
https://www.actu-environnement.com/ae/news/Union-europeenne-paradis-fiscal-kerosene-33428.php4

Mise à jour du 15/05/2019

DD

Portfolio


[1Afin de fournir des marchés insatiables, les deux rivaux (Airbus et Boeing) accélèrent. Le Figaro. 13/01/2016. http://www.lefigaro.fr/societes/2016/01/12/20005-20160112ARTFIG00315-2016-annee-charniere-pour-airbus-et-boeing.php

[2AÉRONAUTIQUE ESPACE ET DÉFENSE
En Aquitaine, nous donnons au ciel l’énergie d’innover. http://www.aquitaine-developpement-innovation.com/media/912/Aeronautique...en%20Aquitaine.pdf

[3"Sud Ouest" dans le Grand Débat : faut-il taxer le carburant des avions  ? Jean-Denis Renard. Sud Ouest. 07/03/2019. https://www.sudouest.fr/2019/03/06/sud-ouest-dans-le-grand-debat-faut-il-taxer-le-carburant-des-avions-5875252-10586.php

[4Aéroport de Bordeaux : trafic en hausse en 2018, mais la liaison avec Paris a du plomb dans l’aile. France Bleue. 10/01/2019 https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/aeroport-de-bordeaux-trafic-en-hausse-en-2018-mais-la-liaison-avec-paris-a-du-plomb-dans-l-aile-1547148947

[5Nouvelle année record pour l’aéroport de Bordeaux ? Stella Dubourg.Sud Ouest. 04/01/2017
http://www.sudouest.fr/2017/01/04/nouvelle-annee-record-pour-l-aeroport-de-bordeaux-3077646-2780.php

[6Dordogne : baisse de 9% du trafic à l’aéroport de Bergerac en 2018. France Bleue. 14/01/2019 https://www.francebleu.fr/infos/societe/dordogne-baisse-de-9-en-2018-du-trafic-a-l-aeroport-de-bergerac-1547135520

[7L’aéroport de Poitiers-Biard en bout de piste. Centre Presse. 20/01/2019. https://www.centre-presse.fr/article-652405-l-aeroport-de-poitiers-biard-en-bout-de-piste.html

[82018, année record pour l’aéroport de Brive 08/01/2019. France Bleue.https://www.francebleu.fr/infos/transports/2018-annee-record-pour-l-aeroport-de-brive-1546959289

[9La Région financera l’avenir de l’aéroport de Bergerac. Sud Ouest. 23/09/2015.http://www.sudouest.fr/2015/09/23/la-region-financera-l-avenir-de-l-aeroport-2132294-1733.php

[10Ryanair rembourse La Charente, l’avion immobilisé redécolle de Bordeaux. 09/11/2018. France 3.
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-saisit-avion-ryanair-1571890.html

[11Les petits aéroports ne veulent pas mourir. Sud Ouest. 27/08/2018. https://www.sudouest.fr/2018/08/27/les-petits-aeroports-ne-veulent-pas-mourir-5337151-2780.php

[12La définition des émissions localisables à un aéroport est conventionnelle. Selon l’usage, il est retenu le cycle « décollage-atterrissage » (« Landing and take off » ou « LTO » dans la terminologie OACI) qui comprend les opérations au sol (roulage notamment), la montée et la descente sous une hauteur de 1000 mètres.

[13Climat : quel est l’impact de l’aéroport de Bordeaux  ? Simon Barthelemy. Rue89.10/11/2015
http://rue89bordeaux.com/2015/11/climat-quel-est-impact-aeroport-bordeaux/

[14La part relative des diverses émissions du transport aérien sur le climat, est la suivante :
 impact des émissions de CO2 : 33%
 impact des émissions d’oxydes d’azote (initiateur d’Ozone) : 14%
 traînées de condensation (ou contrails) : 14%
 impact des nébulosités en Cirrus : 39%

[15A consulter :
 Global radiative forcing from contrail cirrus. Nature Climate Change. 29/03/2011.
Ulrike Burkhardt & Bernd Kärcher http://www.nature.com/nclimate/journal/v1/n1/full/nclimate1068.html
 Aviation and Global Climate Change.Mehri Hashemi Devin et Ali Akbar Sabziparvar. 2011. http://www.ipcbee.com/vol4/1-ICESD2011D008.pdf
 Aviation radiative forcing in 2000 : an update on IPCC (1999).ROBERT SAUSEN et al.Meteorologische Zeitschrift, Vol.14, No. 4, 555-561 (August 2005)
http://elib.dlr.de/19906/1/s13.pdf

[16On observera avec intérêt cette video de la trainée d’un avion en vol de croisière

[17Les traînées blanches laissées par les avions contribuent au réchauffement climatiques. Alexis Riopel. Le Monde.13-14 mai 2018.
http://www.lemonde.fr/climat/article/2018/05/12/les-trainees-blanches-des-avions-contribuent-au-rechauffement-climatique_5297919_1652612.html

[18Formation and radiative forcing of contrail cirrus. Bernd Kärcher. Nature communication. 8 mai 2018. https://www.nature.com/articles/s41467-018-04068-0

[19A titre d’exemple, on obtient les évaluations suivantes, en utilisant l’éco-calculateur de l’aviation civile :
 Bordeaux/Londres (740 km) : 205 kg CO2/passager (AR)
 Biarritz/Londres (945 km) : 185 kg CO2/passager (AR)
 Bordeaux/Madrid (1076 km) : 235 kg CO2/passager (AR)
 Bordeaux/Los Angeles via Paris (9640 km) : 1924 kg CO2/passager (AR)
 Bordeaux/Buenos-Aires via Paris (11640 km) : 2127 kg CO2/passager (AR)
 Bordeaux/Tokyo via Paris (10247 km) : 2135 kg CO2/passager (AR)
 Bordeaux/New-york via Paris (6367 km) : 1321 kg CO2/passager (AR)

[20Si l’on considère le cas d’une famille de 4 personnes partant en vacances de Bordeaux à Buenos-Aires, l’impact carbone de leur parcours aérien (AR) sera de 2127 kg x 4 soit 8,5 tonnes de CO2, qui est un chiffre assez considérable.

[22Le comble de la déculpabilisation est atteint par le réseau de transports en commun de la Métropole Bordelaise, qui offre un week-end en avion à Stockholm, dans la cadre du programme de récompense "Ecomobilité" du réseau Tbc. http://www.infotbc.com/actualites/ecomobi-bougez-cumulez-gagnez

[23Le tourisme en pleine expansion fait s’envoler le réchauffement planétaire. Pierre Le Hir. Le Monde. 9 mai 2018.

[24The carbon footprint of global tourism. Manfred Lenzen et al. Nature Climate Change. 7 mai 2018. https://www.nature.com/articles/s41558-018-0141-x

[25Pourquoi le transport aérien est l’oublié de la COP21. Bruno Trevidic. Les Echos.03/12/2105
http://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/021529754252-pourquoi-le-transport-aerien-est-loublie-de-la-cop-21-1181237.php