Accueil > Dossiers > Transports > Impacts des transports routiers français sur l’effet de serre

Impacts des transports routiers français sur l’effet de serre

jeudi 17 octobre 2019

Les transports routiers représentent pour la France, une part majeure de ses émissions de gaz à effet de serre, et donc de ses impacts sur le climat.
A l’heure où la sauvegarde du climat passe par une réduction drastique des émissions, la pérennité de ce mode de transport, addict aux hydrocarbures, est en jeu, non seulement en France mais partout ailleurs dans le monde.
Qui osera enclencher la marche arrière du processus d’automobilisation généralisée de notre Planète ?

Le parc routier français est composé de :
 33,5 millions de voitures
 7,65 millions de véhicules utilitaires légers
 980 000 poids lourds
 3,6 millions deux-roues
Ce parc routier comprend donc un total de 45,73 millions véhicules, pour 67 millions d’habitants (chiffres 2017)

Impacts directs sur l’atmosphère
Les émissions de gaz à effet de serre (GES) routières directes sont liées d’une part à la combustion des combustibles mais aussi à l’évaporation de l’essence et aux abrasions (freins, pneus, route). [1] [2]
Les émissions totales annuelles de GES des transports routiers sont estimées à environ 126,5 millions de tonnes équivalent CO2 (chiffres 2016 CITEPA), soit une moyenne de 1,9 tonne équivalent CO2 par an et par habitant.
"A noter qu’en 2017, et pour la première fois depuis dix ans, les émissions de CO2 de véhicules neufs vendus en France ont augmentés." [3]

Impacts indirects
 Emissions liées à la construction et l’entretien des routes
L’entretien des 1,088 million de kilomètres de voieries routières, et la construction des routes et autoroutes nouvelles (200 Km/an), contribuent à l’émission de 6,4 millions de tonnes de CO2 par an

 Emissions liées à la production de carburant
La production des 48 millions de m3 de carburant consommées annuellement par les transports routiers, contribue à l’émission d’environ 5 millions de tonnes de CO2 par an

 Emissions liées à la production et l’entretien des véhicules
La production annuelle de 1,8 millions de véhicules, et l’entretien du parc automobile contribuent à l’émission d’environ 9 millions de tonnes de CO2 par an. [4]

 Impact de l’utilisation des sols
Les quelques 17 242 km2 de surfaces, stérilisées et imperméabilisées par les routes et les parking, empêchent la fixation annuelle par la photosynthèse, d’environ 27 millions de tonnes/an de CO2 atmosphérique, par la végétation et par les sols.

Impact total des transports routiers
L’impact total annuel des transports routiers en France, vis-à-vis de l’effet de serre, est d’environ 174 millions de tonnes de CO2, ce qui représente plus de la moitié des émissions françaises de CO2 et un ratio d’environ 2,6 tonnes de CO2/an/habitant. [5]

La sauvegarde de notre climat actuel, passe par une limitation du réchauffement planétaire à 1,5 °C, ce qui impose de réduire les émissions nettes de CO2 et autres GES, d’environ 45 % par rapport aux niveaux de 2010 d’ici à 2030, pour atteindre un « bilan nul » des émissions aux alentours de 2050 [6], et ceci pour les 7,5 milliards d’habitants actuels de la planète [7] .

Pour la France, cela veut dire que les émissions des transports routiers doivent être impérativement divisées par 2 d’ici 2030, pour atteindre un "bilan nul" en 2050.

Une transition écologique, solidaire et apaisée de la mobilité routière est iincontournable.
La future loi d’Orientation des Mobilités y contribuera-t-elle ? [8]

Et la voiture électrique ?
Selon l’ADEME, la consommation totale d’énergie primaire montre que le véhicule électrique n’est pas plus efficace énergétiquement qu’un véhicule thermique sur l’ensemble de son cycle de vie.
Selon l’Agence Internationale de l’Energie, basculer vers l’électrique ne sert en rien le combat pour préserver le climat si le courant provient toujours de centrales à charbon ou à gaz, fortement émetteurs de CO2. [9].

Sources :
 CITEPA : émissions de GES des transports
https://www.citepa.org/fr/air-et-climat/analyse-sectorielle/transports
https://www.citepa.org/fr/activites/inventaires-des-emissions/secten#Contribution_ss-secteurs
 La consommation de carburants fossiles en France - Faits et chiffres
https://fr.statista.com/themes/3953/la-consommation-de-carburant-en-france/
 Union Routière de France : faits et chiffres 2017
https://fr.calameo.com/read/0039965781e4d5c48480b
 La matière organique des sols et le stockage du carbone. Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire.
http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/272/1122/matiere-organique-sols-stockage-carbone.html

A consulter
 Hausse des prix des carburants : choisissez votre camp
https://www.fne.asso.fr/actualites/hausse-des-prix-des-carburants%C2%A0-choisissez-votre-camp
 Libérons-nous des énergies fossiles. Pour une fiscalité des carburants juste, équitable et d’avenir
https://ged.fne.asso.fr/silverpeas/services/sharing/attachments/kmelia110/e2e7268d-cc07-43b4-94c9-afea996232b2/a2734a6b-afa0-46ca-bdce-ec6bd41207d6/Campagne+FNE+Lib%C3%A9rons-nous+des+%C3%A9nergies+fossiles+VF.pdf
 Pétition : stop aux cadeaux fiscaux accordés aux camions les plus pollueurs
https://www.fne.asso.fr/actualites/p%C3%A9tition%C2%A0-stop-aux-cadeaux-fiscaux-accord%C3%A9s-aux-camions-les-plus-pollueurs
 Transports et mobilités. Réseau Action Climat.
https://reseauactionclimat.org/thematiques/transports/
 « Pourquoi les prix des carburants ne sont pas assez élevés ». Loïc Cedelle publié 14/11/2018. Rue89Lyon.
https://www.rue89lyon.fr/2018/11/14/pourquoi-prix-du-carburant-ne-sont-pas-assez-eleves/
 Transports et « facteur 4 » : que reste-t-il du Grenelle ? Yves Crozet. Octobre 2015
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01327350/document

Mise en ligne du 17/11/2018
Mise à jour du 27/07/2020

Portfolio


[4Selon le Joint Research Center, Centre de recherches conjoint de la Commission européenne, la fabrication d’une voiture essence émet en moyenne 4,3 tonnes de CO2. Si l’on y ajoute les postes « pièces de rechange » et « fin de vie », le total se monte à 4,8 tonnes (ou 3,87 tonnes de CO2 par tonne de voiture, le poids moyen d’un véhicule essence étant de l’ordre de 1.240 kg).
Analyse du cycle de vie de l’automobile http://carfree.fr/index.php/2010/01/15/analyse-du-cycle-de-vie-de-lautomobile/

[5Si les 7,5 milliards d’habitants actuels de notre Planète avaient le même niveau de mobilité routière que les français, il y aurait plus de 5 milliards de véhicules en circulation, contribuant à l’émission annuelle de 19,5 milliards de tonnes equivalent CO2.

[6Rapport spécial du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement de 1,5°C http://report.ipcc.ch/sr15/

[7Selon les prévisions actuelles, la population mondiale passerait à 9,8 milliards d’habitants en 2050.

[8Loi mobilités : des solutions pour tous, dans tous les territoires 11/09/2018 https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/loi-mobilites-des-solutions-tous-dans-tous-territoires

[9Basculer vers l’électrique ne sauve pas du changement climatique, estime l’AIE
abil Wakim. Le Monde. 13 novembre 2018
https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/11/13/basculer-vers-l-electrique-ne-sauve-pas-du-changement-climatique_5382848_3234.html