Accueil > Dossiers > Analyses > Aide-toi, le ciel t’aidera !

Aide-toi, le ciel t’aidera !

lundi 15 octobre 2018

La démission surprise et en direct sur France Inter le 28 août 2018, de notre médiatique ministre de la transition écologique et solidaire, a constitué l’événement politique de l’été. Elle a frappé les esprits de ses supporters, comme de ses détracteurs, même si la valse des ministres de l’environnement est une pratique habituelle de notre Vème République. N.Hulot, vitrine écologique du gouvernement, est remplacé par F. de Rugy qui veut réconcilier écologie et économie de croissance, objectif que l’on sait inatteignable sans changer de modèle.

Invité à l’assemblée générale de France Nature Environnement (FNE) en avril 2018, N. Hulot avait évoqué les difficultés de sa tâche, et insisté sur l’importance de la mobilisation des associations pour faire bouger les lignes : « Sans vous, je ne puis rien ». Ce message nous l’avions reçu 5 sur 5, et ce d’autant plus que c’est le mode de fonctionnement habituel du réseau FNE, de défendre avec obstination ses dossiers sur la place publique et ailleurs, quel que soit le ministre de l’environnement du moment. Un militantisme sans compromission ni intégrisme, est aussi dans l’ADN de la SEPANSO. Ce n’est pas par plaisir, mais par conviction, que nos militants s’opposent aux projets les plus néfastes pour l’environnement, que ce soit le projet de barrage de Caussade en Lot-et-Garonne ou les projets de déviation du Taillan en Gironde ou de Beynac en Dordogne, au risque d’irriter certaines autorités…

Alors que l’été 2018 a été marqué par de nouveaux records de température et par une série de catastrophes liées au réchauffement climatique, l’humanité, indifférente aux avertissements des climatologues, baigne toujours dans l’euphorie de la croissance.

Deux exemples parmi d’autres. "La planète n’a jamais consommé autant de pétrole. Au mois d’août 2018, pour la première fois, la barre des 100 millions de barils produits par jour a été franchie" [1]. Malgré les engagements de l’accord de Paris (COP21), la prise de conscience planétaire pour le climat ne semble pas atteindre le secteur des hydrocarbures [2]. Ni celui du secteur aérien : « Le samedi 29 juin 2018, un nouveau record de trafic aérien a en effet été établi, avec 202 157 vols recensés. Au moment le plus intense du trafic, il a été enregistré 19 000 avions en vol simultanément. » [3]

Pour beaucoup, ces records reflètent l’extinction de toute réelle volonté politique de lutter contre le dérèglement climatique, signe d’une extraordinaire dissonance cognitive des dirigeants mondiaux [4]. La politique des « petits pas » prônée par certains, ne semble pas à la hauteur de l’urgence écologique du moment.

En matière de protection de notre planète en péril, comme dans bien d’autres domaines, ne comptons pas trop sur Jupiter ni sur ses ministres. Comptons d’abord sur nous-mêmes : « Aide-toi, le ciel t’aidera. »

Daniel Delestre
Président de la Sepanso Gironde

Editorial de la revue Sud-Ouest Nature N°180 de l’automne 2018


[1Selon le rapport mensuel de septembre 2018 de l’Agence Internationale de l’énergie (AIE)

[2Pétrole : la production mondiale atteint des records. Nabil Wakim. Le Monde. 14/09/2018

[3Nouveau record de trafic aérien, avec plus de 200 000 avions en vol le même jour
https://www.usinenouvelle.com/article/video-nouveau-record-de-trafic-aerien-avec-plus-de-200-000-avions-en-vol-le-meme-jour.N716264

[4« La démission fracassante de Nicolas Hulot est venue cristalliser le grand hiatus de cet été meurtrier »
Stéphane Foucart. Le Monde. 01/09/2018
https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/09/01/la-demission-fracassante-de-nicolas-hulot-est-venue-cristalliser-le-grand-hiatus-de-cet-ete-meurtrier_5348938_3232.html