Accueil > Dossiers > Analyses > Covid-19 : « Drôle de guerre »

Covid-19 : « Drôle de guerre »

vendredi 24 juillet 2020

« Nous sommes en guerre  » a proclamé le chef de l’Etat, d’un ton martial [1]. Le président américain a évoqué Pearl Harbour. A chacun ses éléments de langage, pour décrire cette lutte contre la pandémie de Covid 19.
Pendant ce confinement imposé à l’homme par l’homme, l’agresseur présumé (la nature) s’est refait une santé : les espèces vivantes ont réinvesti leurs habitats, le chœur des oiseaux a dominé celui des moteurs à explosion, et le parfum des gaz d’échappement s’est effacé devant celui des pins ou des fleurs. Nos équipes salariées, qui ont assuré pendant cette «  drôle de guerre », la continuité des missions de la SEPANSO avec professionnalisme et dans le respect des consignes sanitaires, pourraient témoigner du retour à une certaine quiétude dans les milieux naturels.
Du côté des systèmes humains, outre les milliers de victimes directes du virus, de nombreux secteurs ont été dévastés (culture, emploi, lien social…) à cause de ces 2 mois de confinement. Point positif : la chute induite de la demande d’énergies fossiles a entraîné la plus forte diminution des émissions mondiales de CO2, depuis la seconde guerre mondiale. [2]
L’épidémie semble jugulée en France à ce jour, mais de multiples répliques sociales, économiques ou financières du séisme sanitaire, pourraient s’étaler sur des années. [3]
La catastrophe, qui a révélé toutes les fragilités de notre organisation globalisée, a sapé aussi la confiance envers le système de pensée dominant et dévoilé l’imposture du concept de développement durable.
Que faire ?
Il semble indispensable de refonder « une politique de la Terre entendue comme une maison commune dont l’usage n’est plus réservé aux seuls humains. Ce qui implique une révolution de la pensée politique de même ampleur que celle réalisée par la philosophie des Lumières puis par les penseurs du socialisme  ». [4]
Cependant, on observe déjà la relance pathétique de l’économie du « monde d’avant » : nièmes subventions à l’automobile ou à l’avion, racolage publicitaire indécent des compagnies aériennes low-cost... Tout semble « reparti comme en 14 ».
Cette pandémie servira-t-elle de coup de semonce pédagogique, pour nous inciter à renforcer notre résilience, avant la prochaine bataille contre Gaïa ? Pas si sûr.
Et pourtant, « si le réarrangement de quelques nucléotides sur l’ARN d’un virus transporté par un petit mammifère est capable du désastre en cours, qui peut imaginer ce que produira sur le long terme l’élévation de plus d’un mètre des océans, comme le promettent les experts du climat pour les prochaines décennies ? » [5]

Daniel Delestre
Président de la SEPANSO

Editorial de la revue Sud-Ouest Nature N°187 du 2ème trimestre 2020


[1« Nous sommes en guerre » : face au coronavirus, Emmanuel Macron sonne la « mobilisation générale ». Le Monde. 17/03/2020.
https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/03/17/nous-sommes-en-guerre-face-au-coronavirus-emmanuel-macron-sonne-la-mobilisation-generale_6033338_823448.html

[2La crise sanitaire due au coronavirus a causé une baisse d’émissions de CO2 sans précédent. Audrey Garric. Le Monde. 19/05/2020
https://www.lemonde.fr/climat/article/2020/05/19/la-crise-sanitaire-a-fait-chuter-les-emissions-de-co2_6040161_1652612.html
Temporary reduction in daily global CO2 emissions during the COVID-19 forced confinement. https://www.nature.com/articles/s41558-020-0797-x

[3La crise du coronavirus n’a pas dit son dernier mot. Reuters. 09/06/2020
https://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N2DM26F

[4Philippe Descola : « Nous sommes devenus des virus pour la planète » Nicolas Truong. Le Monde. 20/05/2020
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/20/philippe-descola-nous-sommes-devenus-des-virus-pour-la-planete_6040207_3232.html

[5« La gestion de la pandémie de Covid-19 et les mesures nécessaires à la sortie de crise conspirent à faire de l’environnement une question subsidiaire » Stéphane Foucart . Le Monde. 25/04/2020
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/25/la-gestion-de-la-pandemie-de-covid-19-et-les-mesures-necessaires-a-la-sortie-de-crise-conspirent-a-faire-de-l-environnement-une-question-subsidiaire_6037754_3232.html