Accueil > Dossiers > Transports > LGV GPSO : de lourds impacts sur les milieux naturels et la forêt du Sud (...)

LGV GPSO : de lourds impacts sur les milieux naturels et la forêt du Sud Ouest

mercredi 13 octobre 2021

Appâtés par la perspective de 14 milliards de travaux, les lobbies du BTP s’efforcent de relancer activement le projet de LGV GPSO (Bordeaux/Toulouse et Bordeaux/Dax).

Au moment où certains tentent de verdir un projet écologiquement néfaste, il semble important de rappeler quelques uns des impacts de ce chantier pharaonique sur les milieux naturels et la forêt ( informations fournies par SNCF Réseau lors de l’enquête publique de 2014).

Saignée de 327 km dans les espaces naturels et forestiers du Sud Ouest
La création de ce nouveau corridor de transport ferroviaire veut dire une nouvelle saignée de 327 km, dans les espaces naturels et forestiers du Sud Ouest, nécessitant une emprise minimum de 4830 hectares (estimation excluant l’impact des nombreuses gravières et carrières nécessaires au projet, ainsi que les poste de transformation électrique) .

Impacts sur les milieux naturels
"Du fait de sa situation géographique, de la diversité des sols et du relief, le territoire concerné par l’aire d’études du projet GPSO abrite de nombreuses populations de faune et de flore d’intérêt patrimonial très fort.
Les principaux milieux naturels sont notamment :
a) Les grands cours d’eau (Garonne, Ciron...) et leurs affluents, qui constituent un habitat essentiel pour la survie des poissons migrateurs (Esturgeon d’Europe, Anguille, Alose, Lamproie...) et représentent un patrimoine naturel en termes d’espèces végétales comme les herbiers flottants et leurs franges boisées (ripisylves) ;
b) Les zones humides, dont il existe plusieurs types :
 les basses vallées alluviales concernent tous les territoires qui se trouvent influencés par la marée
 les zones humides de la Haute Lande : les landes ouvertes sont composées de Molinaies et des Pins maritimes isolés (cap militaire de captieux en Gironde). Les lagunes constituent des zones refuges pour des populations importantes d’amphibiens, pour le Vison d’Europe (cette espèce fait l’objet d’un plan de restauration national) et pour la Cistude d’Europe (tortue protégée qui fait également l’objet d’un plan de restauration) ;
c) la forêt qui concerne plus de 55% de l’aire d’études est dominée par la forêt cultivée de pin maritime. Les zones d’intérêt biologique correspondent aux zones humides (lagunes) et aux ripisylves (forêts-galeries). Les forêts-galeries du massif des Landes de Gascogne (Douze, Ciron) constituent des zones de transition végétalisées et complexes, entre rivière et forêt de pin maritime. Elles sont composées essentiellement de feuillus et se répartissent entre ripisylves et forêts alluviales ;
d) les coteaux et plateaux calcaires en Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne et Haute-Garonne abritent un cortège floristique très riche : landes et pelouses sèches accueillant une flore thermophile d’affinité méditerranéenne tels les cortèges d’orchidées sauvages ; le sol calcaire ne retient pas l’eau et permet le développement de cette végétation. On y observe une importante diversité d’oiseaux.
"

Impacts sur la forêt
"L’ensemble des impacts sur un espace boisé est fonction de la longueur et de la largeur de l’ouverture dans le boisement.
La surface touchée est toujours supérieure à l’emprise, notamment à cause des chablis, et se trouve augmentée si le passage en déblai ou en remblai de l’infrastructure nécessite d’importantes surlargeurs de l’emprise.
Une emprise linéaire à travers un massif boisée ne fait pas que soustraire à celui-ci un certain nombre d’hectares : elle a aussi un effet sur les communautés végétales et animales présentes et sur l’exploitation même de l’espace forestier.
Le projet GPSO représente une emprise sur environ 2 870 ha de forêt, principalement sur les départements de la Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne :
  Gironde : 1263 ha
  Lot-et-Garonne : 476 ha
  Tarn-et-Garonne : 59 ha
  Haute-Garonne : 5 ha
  Landes : 1032 ha"

A consulter :
LGV GPSO (Bordeaux/Toulouse et Bordeaux/Dax) : un projet ferroviaire nuisible à l’environnement et à l’intérêt général.

Mise en ligne du 13/10/2021