Accueil > Dossiers > Energie-climat > Transition énergétique : des défis considérables

Transition énergétique : des défis considérables

jeudi 10 février 2022

Portant le doux nom de « transition énergétique », histoire de rassurer les populations, l’objectif de neutralité carbone de notre pays d’ici 2050, signifie plutôt un chamboulement à l’issue incertaine.
En effet, la fin assumée ou imposée des énergies fossiles, qui assurent actuellement 63% de l’énergie consommée en France, va engendrer non pas une transition tranquille mais une révolution énergétique. Ce redéploiement concernera tous les pans de l’activité industrielle, économique et commerciale, ainsi que nos modes de vie et de déplacement.
Autre temps autres moeurs, les révoltes éclataient autrefois pour le prix du pain, aujourd’hui ce serait plutôt pour le prix de l’essence ou de l‘électricité…

Un large éventail de scénarios énergétiques
Différents scénarios sont proposés pour parvenir à cette neutralité carbone. [1]
 Dans un scénario sans nucléaire, qui a la faveur de notre réseau, l’association Negawatt privilégie la sobriété énergétique (synonyme de décroissance) et les énergies renouvelables. [2]
 RTE, gestionnaire national du Réseau de transport d’électricité, prône l’accompagnement de la croissance attendue de la demande en électricité, avec 6 scénarios dont la plupart intégrent le nucléaire. [3]
 L’association « The Shift Project », pilotée par le nucléophile JM Jancovici, vise à libérer l’industrie de la contrainte carbone. [4]
 Enfin, l’Agence de transition écologique (ADEME) élargit le champ de vision avec ses 4 scénarios : « La neutralité carbone va bien au delà de la question énergétique, ou de savoir s’il faut construire des EPR. Cela implique des choix de société en termes de gouvernance, de fiscalité, de centralisation, de régime alimentaire. » [5]

Ecueil majeur, mais révélateur de la déconnexion entre les différents enjeux écologiques : aucun chiffrage précis n’est donné sur les impacts de toutes ces projections sur la biodiversité et les écosystèmes.
Ces tensions se retrouvent entre la Stratégie Nationale Bas Carbone et la Stratégie Nationale pour la Biodiversité.
D’où la vigilance de la SEPANSO, face aux contradictions de la transition écologique et aux impacts environnementaux des énergies renouvelables, notamment ceux de la filière bois-énergie ou des micro-centrales hydrauliques.

Un cadre législatif et réglementaire d’une complexité croissante
Destiné à « accélérer la transition écologique » l’arsenal législatif et réglementaire se complexifie chaque année.
Ainsi, après la loi de transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015, est apparue la loi d’orientation des mobilités du 24 décembre 2019, suivie par la loi portant lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets du 24 août 2021, dont on attend les décrets d’application.
A cet arsenal législatif, s’ajoutent les dispositifs territoriaux comme le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) [6] ou les Plans Climat-air-énergie Territoriaux, dont le millefeuille est caractéristique d’une « schématocratie » anesthésiante.
On observera que ce cadrage a peu ralenti l’artificialisation des sols - par les infrastructures de transport, l’urbanisation [7] ou les parcs photovoltaïques - ni modéré l’exubérance énergétique (chauffage des terrasses de café [8] , panneaux numériques publicitaires…)

Une forte empreinte carbone
C’est ainsi que l’ADEME constate que, contrairement aux discours officiels, « l’empreinte carbone [9] des Français ne diminue pas. Rapportée à l’habitant, en 2018, l’empreinte carbone des Français (11,2 tonnes CO2éq/hab) est légèrement supérieure à celle de 1995 (10,5 t CO2éq/hab) et reste à peu près constante depuis 2000. La baisse des émissions sur le territoire est en effet contrebalancée par une hausse des émissions associées aux importations (multipliées par deux depuis 1995). » C’est dire l’intense mutation nécessaire à l’atteinte de notre neutralité carbone.

Les choix énergétiques de notre pays méritent un large débat démocratique, et doivent constituer un enjeu fort des élections présidentielles et législatives 2022. [10]

DD
Mise à jour du 04/03/2022


[1Végétarisme, logements rénovés, technologies vertes…les scénarios pour une neutralité carbone d’ici 2050. Reporterre. Grégoire Souchay. 01/12/2021
https://reporterre.net/Vegetarisme-logements-renoves-technologies-vertes-les-scenarios-pour-une-neutralite

[2La transition énergétique au cœur d’une transition sociétale. Synthèse du scénario Negawatt 2022. https://negawatt.org/Scenario-negaWatt-2022

[3Futurs énergétiques 2050 : les scénarios de mix de production permettant d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. RTE. Octobre 2021.https://www.rte-france.com/analyses-tendances-et-prospectives/bilan-previsionnel-2050-futurs-energetiques

[4Décarboner l’industrie sans la saborder . The Shift Project. https://theshiftproject.org/article/rapport-final-decarboner-lindustrie-ptef/

[5Transition(s) 2050. 4 scénarios pour atteindre la neutralité carbone. ADEME https://transitions2050.ademe.fr/

[6A noter que le nucléaire, qui assure 80 % de la production d’électricité de Nouvelle Aquitaine, avec ses 6 réacteurs situés à Braud et à Civaux, est exclu du SRADDET, car domaine réservé de l’Etat.

[7Les entrepôts logistiques occupent à ce jour la surface énorme de 8700 hectares (non compris les parkings) et sont quasiment dépourvus de tout panneau photovoltaïque. Cf Le Monde du 03/02/2022 : Logistique : nouveaux paysages, nouvelles précarités. Béatrice Madeline.

[8Effet collatéral de la guerre Russie Ukraine, le chauffage des terrasses de café est interdit depuis le 31 mars 2022, en application de l’Article 181 relatif à l’interdiction de chauffer ou climatiser les espaces publics extérieurs, de la loi n° 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets. https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A15510

[9L’empreinte carbone tient compte des émissions associées aux biens et services importés et retranche celles associées aux exportations

[10Pour un débat démocratique sur nos choix énergétiques. France Nature Environnement.30/11/2021.
https://www.nouvelobs.com/tribunes/20211130.OBS51595/pour-un-debat-democratique-sur-nos-choix-energetiques.html?utm_sq=gwx9d0d4ou