Accueil > Dossiers > Eau > La problématique de l’eau en Gironde

La problématique de l’eau en Gironde

vendredi 3 mars 2023

Dans un rapport opportun, la Chambre Régionale des Comptes de Nouvelle Aquitaine fournit un point détaillé de la ressource en eau en Gironde.

En ces temps de sécheresse persistante, plus ou moins associée au dérèglement climatique, l’évolution de nos ressources en eau devient un sujet de plus en plus préoccupant.
En effet la disponibilité en quantité et qualité de cette ressource naturelle, bien commun, conditionne la pérennité des systèmes humains et naturels.
D’où l’intérêt du rapport publié par la chambre régionale des comptes de Nouvelle Aquitaine, et intitulé Enquête commune sur la gestion quantitative de l’eau en période de changement climatique.
En voici des éléments de synthèse.
En Gironde, les prélèvements d’eau sont opérés dans des nappes superficielles ou profondes.
Pour la seule eau potable, ils représentent en moyenne annuelle près de 120 millions de m3(Mm3) depuis 2011.
Les prélèvements sont croissants mais affectent différemment les nappes concernées.
La majorité d’entre eux sont effectués dans la nappe superficielle (36 % des volumes prélevés en cumul 2011-2019) et dans les nappes profondes de l’Éocène et de l’Oligocène (respectivement 28,5 % et 26,5 % des volumes prélevés).
Au regard des volumes maximum prélevables pour préserver la ressource, la nappe de l’Éocène est de plus en plus surexploitée dans la zone centre du département.
Les prélèvements effectués dans les nappes superficielles ou profondes de Gironde concernent principalement l’alimentation en eau potable (53,9 % des prélèvements cumulés 2011-2019) et l’agriculture (41,5 %). L’industrie ne représente que 2,1 % des prélèvements cumulés.
Les prélèvements d’eau potable ont connu de 2011 à 2019 une croissance un peu moins rapide que celle de la population girondine. Il en résulte un prélèvement par habitant en diminution (81,5 m3 en 2011, 79,9 m3 en 2018 et 76,5 m3 en 2019).
Cependant, les prélèvements ont nettement augmenté en 2020 (77,5 m3), peut-être en lien avec des règles d’hygiène plus exigeantes dans le contexte de la crise sanitaire.
Par ailleurs, les prélèvements moyens par habitant diffèrent fortement à l’intérieur du département.

A consulter  :
 Eau potable en Gironde : un rapport remet en lumière la surexploitation de certaines nappes profondes.
Daniel Bozec. Sud Ouest. 01/03/2023
 L’eau et ses enjeux en Nouvelle-Aquitaine. Agence Régionale pour la Biodiversité en Nouvelle Aquitaine.2018
 L’eau en France : ressource et utilisation - Synthèse des connaissances en 2021.16/03/2023

Mise à jour du 30/03/2023