Accueil > Dossiers > Transports > LGV GPSO > LGV GPSO : pour une congélation durable des projets de lignes ferroviaires à (...)

LGV GPSO : pour une congélation durable des projets de lignes ferroviaires à grande vitesse du Sud-Ouest

mercredi 7 novembre 2018

Les projets de LGV au sud de Bordeaux, au parcours tortueux qui rallonge de 30 km la distance ferroviaire entre Bordeaux et la frontière espagnole par rapport à la ligne existante, menacent une trentaine de communes girondines.
En dépit des réserves exprimées par les rapports Bianco et Duron, le ministre des transports relance ces projets le 23 octobre 2013, sous la pression des lobbies pro-LGV.

Le grand projet ferroviaire du Sud Ouest (LGV Bordeaux/Toulouse et LGV Bordeaux/Hendaye), représente un linéaire total d’environ 449 km [1].
Au delà de son coût pharaonique (estimé aujourd’hui à 13 milliards d’euros) ce sont les immenses impacts environnementaux et sociaux du projet qui inquiètent non seulement les populations directement concernées, mais aussi tous ceux et celles qui s’intéressent de près ou de loin aux questions envoronnementales.
Ce projet réussit le tour de force d’impacter un total de 137 communes, en raison des options désastreuses retenues, alors que l’amélioration des lignes existantes est seule à même de minimiser ces impacts et le coût des travaux, tout en maximisant les services rendus.
On observe que 29 communes sont concernées par le projet en Gironde, 29 communes en Lot-et-Garonne,29 communes dans les Landes, 29 communes en Tarn-et-Garonne, 16 communes dans les Pyrénées-Atantiques, et 5 communes en Haute-Garonne.
Il convient de rajouter à ce sinistre tableau, la longue liste des communes qui seraient impactées indirectement , du fait des gravières [2], centrale à gaz et lignes à haute tension nécessaires au projet
Le tracé choisi entre Bordeaux et la frontière espagnole est tellement absurde qu’il conduit à augmenter la distance ferroviaire entre Bordeaux et Dax de plus de 30 km : cette distance ferroviaire, actuellement de 147 km (parcourus actuellement en 69 minutes), passerait à 178 km dans le projet de LGV GPSO, avec une augmentation de prix de 30% pour un gain de temps de quelques minutes !
On comprend dans ces conditions, pourquoi de plus en plus nombreux sont ceux qui aspirent à une congélation durable [3] de ce projet de lignes ferroviaires à grande vitesse Bordeaux/Hendaye et Bordeaux/Toulouse.
A quel titre, le département de la Gironde aurait à soutenir financièrement ce projet mégalo qui fragilise ses territoires et n’améliorent pas la vie quotidienne de ses habitants ?

Rapport Bianco
Le rapport Bianco sur la modernisation du système ferroviaire français publié le 22 avril 2013 [4] préconise qu’une « priorité absolue soit donnée sur la durée du plan décennal de retour à l’équilibre et de stabilisation de la dette, à la rénovation du réseau existant pour améliorer la qualité du service, en premier lieu pour les trains de la vie quotidienne qui concernent 90% des voyageurs. »
« La parution de ce rapport était redouté des milieux ferroviaires favorables à la LGV. Il fera la joie de ses opposants, qui défendent depuis longtemps ces positions. »
 [5]

Rapport Duron de la Commission Mobilité 21.
Selon le rapport Duron « Pour un schéma national de mobilité durable » publié le 27 juin 2013, "...la commission a noté lors de ses auditions une interrogation quasi unanime sur la poursuite du développement de la grande vitesse ferroviaire comme seul marqueur de modernité. Elle considère qu’il faut sortir de cette vision trop restrictive qui conduit à des impasses en termes de soutenabilité économique et environnementale. capable de satisfaire les besoins légitimes de mobilité sur les liaisons concernées....Les projets de LGV sont souvent extrêmement coûteux et d’une efficacité socio-économique controversée".
La SEPANSO, ardent supporteur du rail, se félicite de ces suggestions du rapport Duron, qui donnent la priorité à l’amélioration du réseau ferroviaire existant. [6]

Décision ministérielle du 23/10/2013
Cédant à la pression des lobbies [7] et en contradiction avec les recommandations des rapports Bianco et Duron, le ministre des transports a pris la décision le 23/10/2013, de relancer les projets de LGV au sud de Bordeaux.
Le ministre prévoit la réalisation du projet en 2 phases :
La première phase comprendra deux lignes nouvelles :
 l’une entre Bordeaux et Toulouse, avec l’objectif d’une mise en service à l’horizon 2024.Coût total de la ligne nouvelle Bordeaux -Toulouse : 5,9 milliards d’euros.
 l’autre entre le Sud-Gironde et le raccordement nord de Dax, avec l’objectif d’une mise en service à l’horizon 2027. Coût total de la ligne nouvelle Bordeaux - Dax : 3,2 milliards d’euros.
La première phase fera l’objet d’une enquête préalable à la déclaration d’utilité publique au premier semestre 2014. Concomitamment, les aménagements des lignes existantes aux abords des agglomérations toulousaine et bordelaise seront présentés à des enquêtes publiques spécifiques.
La seconde phase sera constituée de la ligne nouvelle entre Dax et la frontière espagnole avec l’objectif d’une mise en service au plus tard en 2032.
Petit hic, le financement du projet en cours de la LGV Tours/Bordeaux n’est pas encore bouclé, car des collectivités territoriales refusent de payer.
M. Michel Delpech préfet d’Aquitaine, coordinateur du projet GPSO, annonce le 07/11/2013, que le lancement des enquêtes publiques dépendra du bouclage effectif du financement de la LGV Bordeaux/Tours. [8].
Affaire à suivre ...

DD

Echos médiatiques  :
LGV : une imposture environnementale. Philippe Barbedienne. Directeur de la SEPANSO. Sud Ouest. 25/07/2013
http://www.sudouest.fr/2013/07/25/lgv-une-imposture-environnementale-1123729-2780.php

A lire
 Savoir raison garder. Cahiers de l’Entre-Deux-Mers. Juillet 2013.
http://www.cahiers-entre-deux-mers.fr/2013/07/savoir-raison-garder/
 Le petit livre noir des grands projets inutiles. Camille. Le passager clandestin.3ème trimestre 2013.
http://lepassagerclandestin.fr/catalogue/hors-collection/le-petit-livre-noir-des-grands-projets-inutiles.html
 Comment la réalité budgétaire a tué les LGV.
Jean-Bernard Gilles. Sud Ouest. 20/10/2013
http://www.sudouest.fr/2013/10/20/comment-la-realite-bu-dgetaire-a-tue-les-lgv-1205000-2780.php
 Rapport des Garants de la concertation. Projet LGV GPSO.
Jean-Michel Uhaldeborde , Jean-Pierre Wolff et André Etchelecou
23/10/2013
http://www.gpso.fr/CR_rapport_final_garants_octobre_2013.pdf
 La grande vitesse est en train de tuer le réseau ferroviaire européen. Kris de Decker. 19/12/2013
http://carfree.free.fr/index.php/2013/12/19/la-grande-vitesse-est-en-train-de-tuer-le-reseau-ferroviaire-europeen/#comment-29082

A visionner  :
FR3 . Pièces à conviction : Très cher TGV
http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-3/pieces-a-conviction/pieces-a-conviction-du-mercredi-4-decembre-2013_469238.html

Mise à jour du 21/10/2014


[1Ce linéaire total de 449 km se compose de 417 km de lignes nouvelles, dont 55 km de troncs communs et 38 km de raccordements, de 12 km d’aménagements de lignes existantes à la sortie sud de Bordeaux et 20 km d’aménagements de lignes existantes à l’entrée de Toulouse

[2Selon l’Observatoire Régional du Bâtiment et des Travaux Publics, la construction d’un kilomètre de ligne nouvelle ferroviaire nécessite en moyenne 10 000 tonnes de granulats. Cela veut dire que le projet GPSO exigerait environ 4, 5 millions de tonnes de granulats

[3En « cure durable de congélation ». Interview de Gilles Savary. Sud Ouest. 20/12/2012

[4Réussir la réforme du système ferroviaire. Jean-Louis Bianco. Claude Sardais. Avril 2013
http://www.developpement-durable.gouv.fr/Reussir-la-reforme-du-systeme.html

[5Moderniser le réseau est plus urgent que de développer les LGV
Sud-Ouest. 23 avril 2013

[6Comme chacun sait, l’Aquitaine est loin d’être le "trou noir de la grande vitesse" puisque qu’elle dispose depuis longtemps de lignes tellement rectilignes (notamment entre Bordeaux et Dax) que plusieurs records mondiaux de vitesse sur rail ont pu y être battu.
Les retours d’expérience en France et à l’étranger (notamment en Espagne) montrent que l’abus de LGV nuit gravement à la santé du ferroviaire, de l’environnement et des finances publiques. Cf : Faillite à Grande Vitesse.Marc Fressoz. 2011. http://www.mobilicites.com/fr_actualites_parution---faillite-a-grande-vitesse--30-ans-de-tgv_0_77_1199.html

[7Ces projets de LGV sont bien sûrs ardemment soutenus par les investisseurs potentiels de l’opération Bordeaux Euratlantique "L’ambition du projet de Bordeaux-Euratlantique est liée à un grand projet d’infrastructure ferroviaire qui transformera Bordeaux en carrefour du sud ouest européen, avec le prolongement de la LGV Paris / Bordeaux , et la construction des lignes de Bordeaux / Toulouse et Bordeaux / Bilbao" . http://www.bordeaux-euratlantique.fr/lambition/carrefour-tgv-europeen/

[8Le calendrier de la LGV. Interview du préfet d’Aquitaine. Sud-Ouest.07/11/2013