Accueil > Dossiers > Aménagement du territoire et urbanisme > Etalement urbain et artificialisation des sols en Gironde

Etalement urbain et artificialisation des sols en Gironde

samedi 24 octobre 2020

Du fait de ses options d’aménagement et de son attractivité, le département de la Gironde est largement concerné par le phénomène de l’étalement urbain.
Avec 19 000 hectares de plus entre 2006 et 2014, les sols artificialisés continuent de s’étendre en Gironde. Cette progression s’effectue principalement au détriment des sols naturels.
Cette observation souligne l’incapacité des documents d’urbanisme et notamment les 9 Schémas de Cohérence Territoriale (SCoT) en Gironde, à juguler un phénomène, amplifié par développement inconsidéré de l’urbanisme commercial.

L’attractivité de la Gironde et ses grands espaces plats et disponibles, y favorisent le phénomène de l’étalement urbain, tout particulièrement le long des infrastructures de transport.
Cette évolution, qui se caractérise par une diminution de la densité de population de l’espace urbain, a de nombreux impacts environnementaux : consommation de territoires naturels et agricoles, appauvrissement de la biodiversité, dégradation des paysages et des ressources en eau, augmentation des déplacements motorisés...
2 corollaires de l’étalement urbain sont l’imperméabilisation [1] et l’artificialisation des sols.
L’urbanisme commercial girondin, avec un développement inconsidéré des "grandes surfaces", a une lourde part, directe et indirecte, dans ce phénomène. [2]
Un exemple caricatural de l’expansion incontrôlée de ces grandes surfaces, est donné par ce projet de centre commercial situé sur la commune de La Teste-de Buch, qui a été un moment retoqué par le Conseil d’Etat alors que les travaux étaient en cours d’achèvement. [3]

Après les infrastructures de transport (autoroute A65, rocades, déviations, rond-points,parking, LGV...), les milliers d’hectares de parcs solaires photovoltaïques projetés en Gironde, constituent une nouvelle forme d’étalement urbain.
En 20 ans, la superficie de la zone urbanisée en Gironde a doublé alors que sa population n’augmentait que de 20%.
La dynamique urbaine concerne plus particulièrement les grands pôles, tels que Bordeaux et le Bassin d’Arcachon [4]. Les arrières-pays dans le Langonnais-Bazadais, le Blayais et l’Entre-deux-Mers connaissent un mitage important dû à un habitat très dispersé.

Consommation des terres agricoles
« La consommation de foncier pour l’urbanisation, la création d’infrastructures routières et autres se font principalement sur la surface agricole ou forestière et dans bien des cas sur les terres à fort potentiel agronomique, voire en AOC.
Les études menées par la SAFER Aquitaine-Atlantique montrent qu’entre 1999 et 2007, 7500 hectares ont été artificialisés sur le département, soit près de 1000 hectares consommés par an. Cela équivaut à la disparition d’une commune moyenne de Gironde tous les 2 ans.
Les projections à l’horizon 2030, suivant les modèles de l’INSEE, font état d’une consommation de 25000 hectares jusqu’à cette date essentiellement localisés entre les agglomérations de Bordeaux et du bassin d’Arcachon mais également dans la vallée de la Dordogne et, dans une moindre mesure, sur le Nord Gironde et le Réolais.
 » ( Cf Chambre d’Agriculture de Gironde)
La Commission Départementale de la Consommation des Espaces Agricoles (CDCEA) mise en place en 2011 et renommée depuis CDPENAF, s’efforce de limiter l’extension de l’urbanisation sur les terres agricoles. [5]

Aire métropolitaine bordelaise
"L’aire urbaine bordelaise présente la plus faible densité urbaine parmi les 10 premières aires urbaines françaises. Avec 197 habitants par km², elle se situe loin de Grenoble (253), de Nantes (259), de Strasbourg (345), de Lyon (351), de Marseille (540) et de Lille (1 242). Cette faible densité favorise la pratique automobile, rend plus difficile la mise en place d’un réseau de transports collectifs efficace en imposant une vitesse commerciale plus élevée afin que le réseau soit réellement attractif.
Durant les quarante dernières années, la surface urbanisée de l’agglomération bordelaise [6] a été multipliée par plus de trois, passant de 14 200 hectares en 1973 à 41 200 ha en 2010, alors que la population n’a été multipliée que par 1,3, passant de 680 000 à 884 000 habitants. La densité urbaine s’est fortement abaissée pour atteindre 21,5 habitants/hectare en 2010 contre 47,8 habitants/hectare en 1973
. [7] [8]

Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) de l’aire métropolitaine bordelaise a été révisé en 2015.
Cette métropole, qui accueille aujourd’hui 62% de la population du département, s’étend sur 167000 hectares [9].
A l’horizon 2030, le SCoT de cette aire métropolitaine prévoit une augmentation de population de 300 000 habitants, qui nécessitera l’urbanisation supplémentaire de 12000 ha d’espaces naturels. La densité moyenne de cette nouvelle urbanisation sera de 25 hab/ ha.
La consommation d’espace prévue par ce SCoT est largement supérieure à la consommation observée sur la période antérieure alors que le SCoT affiche un objectif de réduction de 40% de la consommation d’espaces naturels.
Le SCOT ne fixe pas de véritables objectifs quantitatifs et qualitatifs de lutte contre l’étalement urbain et de gestion économe de l’espace qui puissent être suivis dans le temps, et ne justifie pas suffisamment les objectifs retenus au regard du diagnostic passé.

Les 9 SCoT en cours de révision en Gironde, permettront-ils de lutter efficacement contre l’étalement urbain ? Il est permis d’en douter.
Dommage, car la poursuite de ce modèle d’aménagement, vorace en territoires et en ressources, est incompatible avec les impératifs de la transition énergétique et de la lutte contre les changements climatiques. [10].
Dommage aussi , parce que l’étalement urbain signifie aussi l’extension de l’implantation humaine dans les zones à risque (inondations, submersion marine, érosion du littoral...).

A lire :
1- Généralités sur l’étalement urbain
 Etalements Urbains. Critique sociale d’une fatalité urbaine. Emmanuel Amougou. 2007. L’Harmattan
 L’Etalement urbain en France : synthèse documentaire. Robert Laugier. Février 2012
 Synthèse bibliographique : « L’étalement urbain, contexte et impacts  »
J.HIRTZEL, P. JOANNES - 2010
 Les 4 commandements pour un urbanisme durable. WWF. 2013
 Etalement urbain : réflexions croisées - Eléments de définition et termes du débat France Nature Environnement et Veolia. 26/09/2013
 Portail de l’artificialisation des sols

2 Etalement urbain en Gironde
 Pour une croissance urbaine durable en Gironde. A’Urba. 2009.
 SCoT 2030 de l’aire métropolitaine bordelaise
http://www.sysdau.fr/
 Démographie en Gironde : un étalement urbain sans fin. Bruno Béziat. Sud Ouest. 06/01/2016
 Et pan sur les tortues ! Jean-Paul Vigneaud. Sud Ouest. 10/10/2013
 Toujours moins de terres naturelles et agricoles en Gironde. Aude Boilley et Frédéric Sallet. Sud Ouest. 24/10/20.

A consulter :
L’IGN a développé un site, qui permet de visualiser l’artificialisation des sols sur le territoire français. Ce site est le suivant : https://remonterletemps.ign.fr
A titre d’exemple, on peut comparer une photoaérienne de 1950 avec celle d’aujourd’hui, dans des différentes communes de Gironde, comme à Créon ou au Taillan Médoc.
Le résultat est impressionnant. Il permet de visualiser l’extraordinaire étalement urbain survenu en peu de temps, facilité par l’utilisation massive de la voiture individuelle. D’où les problèmes inextricables de circulation routière générés.

Mise à jour du 17/12/2020


[1DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION
Lignes directrices concernant les meilleures pratiques pour limiter, atténuer ou
compenser l’imperméabilisation des sols
Bruxelles, le 15.5.2012
http://ec.europa.eu/environment/soil/pdf/guidelines/FR%20-%20Sealing%20Guidelines.pdf

[2O.D.A.C. 33 – Conseil Général de Gironde
Diagnostic urbain et commercial de la Gironde
Fiches d’identité des territoires girondins 2011-2012
http://www.gironde.fr/upload/docs/application/pdf/2012-12/diagnostic_integral_et_fiches_identite_territoires_odac33.pdf

[3La Teste-de-Buch : Leclerc ne peut pas ouvrir. Sud Ouest. D. Patsouris. 25/09/2013
http://www.sudouest.fr/2013/09/25/leclerc-ne-peut-pas-ouvrir-1179123-2733.php

[4Le bassin d’Arcachon, littoral sous pression. Yann Saint-Sernin. Sud Ouest. 06/10/2013
http://www.sudouest.fr/2013/10/06/le-bassin-d-arcachon-littoral-sous-pression-1190520-2733.php

[5CIRCULAIRE
DGPAAT/SDB/C2012-3008 du 09 février 2012 -commission départementale de consommation des espaces agricoles
http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2012/02/cir_34622.pdf

[6le terme d’agglomération bordelaise renvoie à ce périmètre d’environ 90 communes représentant 884 000 habitants et 167 000 hectares. Ce périmètre est à distinguer de celui de la communauté urbaine de Bordeaux qui représente, quant à elle, les 27 communes (près de 720 000 habitants) de la partie urbaine centrale de l’agglomération bordelaise.

[7Pour une mobilité fluide, raisonnée et régulée. Rapport du Grenelle des mobilités de la métropole bordelaise. A’urba. Avril 2013. http://www.aurba.org/content/download/20782/258666/file/rapport%20grenelle.pdf"

[8Entre 1996 et 2010, la consommation des sols s’est faite au rythme de 285 ha par an, au détriment principalement des territoires naturels et forestiers (85 %), et minoritairement des espaces agricoles (14%).
Avec une évolution de 4 000 ha de l’enveloppe urbaine de la métropole bordelaise pour un apport de 88 500 habitants, ce sont en moyenne 450 m² d’espaces (tout projet confondu) qui ont été consommés par l’arrivée d’un nouvel habitant.
Ainsi, sur cette période, l’espace utilisé pour les différentes fonctions urbaines a évolué de 11% (+ 4 000 hectares) pour une évolution de population estimée à 11% (+ 88 500 habitants).Sources : Sysdau et Dreal

[9Les 167000 hectares de l’aire métropolitaine bordelaise sont constitués de 120000 hectares de nature se décomposant en 30000 hectares d’espaces naturels et agricoles, 25000 hectares de terroirs viticoles protégés et 2000 hectares d’espaces naturels urbains majeurs, ainsi que de 47000 hectares d’espaces urbanisés

[10Etalement urbain et changements climatiques : état des lieux et propositions. Réseau Action Climat, 2011. http://www.rac-f.org/Etalement-urbain-et-changements.html