Accueil > Dossiers > Estuaire de la Gironde > Enjeux environnementaux du projet de terminal portuaire de Grattequina (...)

Enjeux environnementaux du projet de terminal portuaire de Grattequina (Gironde)

mardi 22 octobre 2013

Le projet de terminal portuaire de Grattequina est soumis à une enquête publique "loi sur l’eau" du 4 novembre au 4 décembre 2013.
En raison de ses impacts négatifs prévus et prévisibles sur l’environnement et les zones humides, la SEPANSO Gironde est défavorable à ce projet présenté par le Grand Port Maritime de Bordeaux, qui dispose déjà de nombreux terminaux sous-employés où exercer son activité.

Le Grand Port Maritime de Bordeaux envisage de créer son septième terminal portuaire dans l’estuaire de la Gironde, à une douzaine de km en aval Bordeaux, en rive gauche de la Garonne, à la limite des communes de Parempuyre et de Blanquefort appartenant toutes deux à la communauté urbaine de Bordeaux (CUB).
Il s’agit du projet de terminal de « Grattequina », destiné à l’importation de granulats et situé au coeur d’un site de 119 ha dont il assure encore aujourd’hui la gestion, mais dont la fonction portuaire a été abandonnée depuis une soixantaine d’années.
Dans son avis délibéré du 4 septembre 2013, l’Autorité Environnementale (CGEDD) souligne les importants enjeux environnementaux du projet, liés :
  à la zone humide dans laquelle s’insère le terminal portuaire projeté
  à la présence dans cette zone d’espèces floristiques et faunistiques protégées, notamment l’Angélique des estuaires (Angelica heterocarpa)
  au fleuve « La Garonne » (partie situées à l’amont de l’estuaire de la Gironde), classé en site Natura 2000 au titre de la directive « Habitat, faune, flore » et abritant plusieurs espèces de poissons amphihalins (effectuant des migrations entre les milieux marin et les eaux continentales)
  aux impacts possibles du projet sur les risques d’inondation
  aux nuisances susceptibles d’être induites par les transports routiers
Pour l’Autorité Environnementale, le principal impact du projet est d’engager très probablement une dynamique d’artificialisation dans une zone de 120 ha environ, en bordure de Garonne, réunissant en grande partie les critères de caractérisation d’une zone humide, et présentant sur une partie de cette surface un fort intérêt patrimonial.

Enquête publique
L’enquête publique "Loi sur l’eau" se déroulera du 4 novembre au 4 décembre 2013.

Mise à jour du 04/12/2013